Renard argenté

Filets de poulet aux légumes rôtis

Dans la famille « flemmarde », vous aurez compris que je n’aime rien tant que la cuisine simple qui se fait presque toute seule. Généralement, je passe une matinée du week-end à préparer des bases de plats qui servent ensuite pour la semaine – comme on emmène nos repas de midi au boulot, cela permet d’avoir des tupperwares tout prêt d’avance et simplifie les soirées.

Aussi, avant de me lancer dans la confection de quelques kilos de ratatouille, (la version pas flemmarde), j’ai lancé au four ce plat, qui cuit seul et tranquillement pendant 1 heure sans rien demander à personne.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Deux filets de poulet
  • 3 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 gros poivrons
  • 3 tomates cœur de bœuf
  • Quelques feuilles de sauge, des brins de thym et du basilic
  • Sel, poivre, huile d’olive

Préparation :

  • Arroser le fond du plat d’huile d’olive.
  • Déposer les oignons émincés et l’ail concassé. Saler, poivrer, saupoudrer allègrement de thym, et mélanger l’ensemble.
  • Émincer le poivron, couper les tomates en tranches, et ajouter le tout au poulet dans le plat.
  • Ajouter le reste des herbes et de nouveau un généreux filet d’huile d’olive.
  • Enfourner 1h à 150°C, en retournant les filets à mi-cuisson.

Ce plat peut être servi chaud ou froid.

Renard argenté

Soupe ramen (rapide !) de poulet au bouillon miso

Soupe ramen

J’ai découvert les soupes ramen il y a des années de cela, dans un restaurant à Paris, grâce à un ami passionné de culture japonaise… et j’ai eu la chance de pouvoir les goûter à Tokyo même, il y a trois ans, lors d’un superbe voyage avec mon beau-père (je mettrai probablement une rétrospective photo de ces vacances pour réchauffer un peu l’hiver gris d’ici). Depuis, à la mi-janvier, j’ai toujours des envies d’edamame et de soupes ramen.

Ces soupes sont des plats complets dont la base est toujours un bouillon, des pâtes (les ramen, ou les soba à la farine de sarrasin), puis un assortiment de légumes / protéines, que ce soit porc, poulet, boeuf, ou oeufs. Normalement, on n’est pas sensé boire le bouillon mais moi je mange tout, parce que tout est bon 😀

Je n’ai jamais tenté de faire une soupe dans les règles de l’art, en préparant moi-même le bouillon et les pâtes. J’avoue que pour en déguster une « vraie de vraie », je préfère aller dans un très bon japonais à Strasbourg 🙂 Mais pour les soirs de flemme où j’ai besoin de boire quelque chose de réconfortant, sans pour autant opter pour le bouillon de poule avec les pâtes alphabet, j’ai toujours des cubes de bouillon miso et des ramen sèches, qui me servent de base. Ensuite, il suffit d’éplucher le contenu du frigo pour compléter !

Cette « recette » là est celle que je fais le plus souvent (je ne sais si on peut vraiment parler de recette tellement c’est simple !).

Ingrédients (pour deux gros bols) :

  • 1 poireau (ou deux verts de poireau)
  • 1 poignée de bonites (les shitake) ou à défaut, de champignons type « de Paris » frais.
  • 1 filet de poulet
  • 2 cubes de bouillon miso
  • 2 portions de ramen (ou soba si vous préférez les nouilles au sarrasin).

Préparation :

  • Couper le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans la casserole – dans un peu d’huile de sésame si vous avez, ou de beurre sinon.
  • Ciseler les champignons et les poireaux. Les ajouter au poulet, que l’on sortira quand il sera cuit (le réserver au chaud). A ce moment, verser de l’eau chaude par dessus les légumes (1L environ). Cela donnera du goût au bouillon en plus du miso.
  • Quand le poireau est cuit, ajouter les cubes de bouillon miso, puis les ramen. Laisser cuire 10 minutes, et servir ensuite le bouillon avec les pâtes dans des bols, en ajoutant le poulet par dessus.

Et puis déguster ! C’est un plat prêt en 30 minutes à peine, et qui apporte aisément sa touche d’exotisme 🙂