Renard argenté

Marmelade de trois agrumes

Janvier est la période idéale pour trouver des agrumes « originaux », que ce soit les oranges amères ou les citrons bergamote – que j’ai découvert d’an dernier à l’étal bio de mon petit marché. Comme c’est un peu le seul endroit où je peux trouver des oranges amères et des citrons bergamote bio, je fais le plein pour faire des marmelades. Celle d’oranges amères est encore en préparation (elle se fait sur trois jours) mais la marmelade de trois agrumes est déjà en pots, avec ses parfums d’orange douce, pamplemousse et bergamote !

Comme toujours pour les confitures d’agrumes, je ne jure que par le bio, puisque les zestes voire les peaux entières rentrent dans la confection. Ici, je n’ai utilisé que les zestes, ce pourquoi la préparation est plus rapide (les zestes confisent plus vite et sont moins amers). Mes pamplemousses et citrons avaient une peau trop épaisse pour qu’elle soit ajoutée à la confiture – cela donne de l’amertume.

Ingrédients (pour 1kg de confiture environ) :

  • 8 oranges douces
  • 2 pamplemousses
  • 2 gros citrons bergamote
  • 1kg de sucre
  • 15dl d’eau

Préparation :

  • Zester finement les agrumes. Peler à vif les oranges et les pamplemousses (veiller à recueillir le jus), et presser le jus des citrons.
  • Garder les pépins pour les mettre dans un nouet et faciliter la prise de la marmelade.
  • Détailler les oranges en quartier, et détailler les pamplemousses en suprêmes pour enlever leur membrane, trop épaisse.
  • Mettre le tout dans un saladier, verser le jus de citron par dessus, et ajouter 300g de sucre.
  • Laisser reposer une douzaine d’heure.
  • Une fois le temps passé, verser le tout dans une marmite, ajouter encore 300g de sucre et 15 dl d’eau et laisser frémir pendant une bonne heure (ne pas oublier de mettre le nouet avec les pépins au milieu).
  • Au bout d’une heure, ajouter le reste de sucre et laisser encore cuire 40 minutes. Le volume doit avoir diminué d’un tiers environs.
  • Vérifier la prise de la marmelade avant de mettre en pots stérilisés, les retourner pour faire le vide.

Je suis un peu monomaniaque en hiver pour les confitures, après celle de pamplemousse à la rose et de citron, la prochaine qui viendra sera la marmelade d’orange amère !

Gel aloe vera - agrumes

Gelée d’aloe vera aux agrumes pour les cheveux

Gel aloe vera - agrumes

Sur la base d’une recette disparue en cours de migration, voici un gel pour prendre soin des pointes – toujours fragiles surtout sur les cheveux longs, et plus encore quand il fait froid et que les pulls en laine augmentent les frictions. Cela fait maintenant… 8 mois que j’utilise l’aloe vera en soin sur les pointes, et l’effet est nettement visible : beaucoup moins de fourches et de pointes cassées !

Les versions précédentes, je les avais faites avec de l’hydrolat de rose de Damas et de l’huile d’argan (parce que je voulais que le gel soit aussi efficace pour le visage) mais cette fois, pour palier à l’hiver, j’ai fais une version orientée cheveux abimés exclusivement.

Ingrédients :

  • 20 ml d’eau aromatique de citron
  • 15 ml d’eau aromatique de pamplemousse
  • 20 ml d’eau aromatique de yuzu
  • 1 cc de gomme xanthane (gélifiant à froid)
  • 2 cc d’huile de sapote (protection des cheveux secs et abimés)
  • 50 ml de gel d’aloe vera (fortement hydratant et protection contre les agressions extérieures – vent, pulls en laine et sèche-cheveux ^.^ )

Préparation :

  • Dans un petit bécher, mélanger les eaux aromatiques d’agrumes. Si vous n’avez pas les 3 citées (et choisies pour leur parfum seulement), n’importe quel hydrolat pourra être utilisé. Je doute que les pointes de cheveux absorbent bien les propriétés d’un hydrolat, mais l’intérêt d’en mettre est surtout l’hydratation.
  • Ajouter ensuite la gomme xanthane et fouetter jusqu’à obtenir un gel légèrement blanc et surtout homogène (la gomme a tendance à faire des grumeaux sinon).
  • Faire fondre l’huile de sapote au bain marie et ajouter 2 cc à la gelée d’agrumes. Bien mélanger de nouveau, au fouet, pour répartir l’huile dans tout le mélange. L’intérêt d’ajouter une huile est d’une part, de nourrir les pointes, et d’autre part, de favoriser l’hydratation de ces mêmes pointes (de la même façon que pour le visage, on applique d’abord un hydrolat avant de mettre un sérum).
  • Ajouter ensuite le gel d’aloe vera, fouetter de nouveau pendant une ou deux minutes, avant de transvaser dans un flacon pompe.

J’utilise ce gel après le shampoing, sur cheveux humides mais essorés, en en mettant quelques pression dans mes mains et en frottant délicatement les pointes. Il n’est pas utile de rincer et le gel peut aussi être utilisé sur cheveux secs.

Salade de fenouil au pamplemousse

Salade fraîche au fenouil et pamplemousse

Salade de fenouil au pamplemousse

Une longue habitude qui remonte au temps où j’étais étudiante et faisait la navette tous les jours entre chez mes parents et la fac : embarquer ma gamelle le midi. 13 ans après, je continue toujours à le faire, mais en double car mon compagnon a pris goût à mes salades (qui présentent l’avantage, en plus d’être saines et bonnes, d’être plus économiques que le traiteur italien d’à côté du boulot 😀 ). Parfois, ce sont des restes, mais le plus souvent je prépare des salades de crudités de saison.

Pour ce lundi, ce sera donc une salade de fenouil au pamplemousse !

Ingrédients (pour 2 salades) :

  • 1 fenouil
  • 1 concombre
  • 1 pamplemousse
  • 1 avocat
  • 1/2 fromage de chèvre frais
  • Des pignons de pin
  • Sel, poivre du Timut (un genre de poivre qui ne pique pas mais a un bon goût de citron).
  • Huile d’olive

Préparation :

  • Emincer le fenouil et le concombre.
  • Détailler le pamplemousse en suprêmes.
  • Couper l’avocat en dés, de même que le fromage de chèvre.
  • Tout mélanger, ajouter les pignons, le sel, le poivre et un bon filet d’huile d’olive (parfumée au thym et citron par mes soins).

Et voilà !

Préparation pour bain de vapeur aux plantes

Préparation pour bain de vapeur aux plantes

Préparation pour bain de vapeur aux plantesInclu dans le kit de Noël « Spa à la maison » de maman, et présenté dans un HEMSMAK d’Ikea, ceci n’est pas une infusion (même si rien ne s’y oppose ^.^) mais un mélange pour bain de vapeur. Orienté visage (car il est difficile de transformer la salle de bain en vrai hammam), j’ai choisi des plantes bénéfiques pour les peaux matures et mixtes.

Les bains de vapeur sont un moyen très simple de nettoyer la peau : en dilatant les pores, la peau élimine les impuretés. Le mélange d’herbes est simplement à faire infuser dans un bol d’eau bouillante.

Les herbes peuvent varier en fonction des besoins, bien entendu.

Ingrédients :

  • Camomille (adoucissante et anti-âge)
  • Rose (réparateur et anti-âge)
  • Sauge (purifiant)
  • Romarin (purifiant)
  • Zeste de pamplemousse et orange séchés
  • Verveine
  • Cannelle moulue (avec parcimonie, les épices peuvent être agressifs pour la peau)

 

Mode d’emploi :

  • Verser l’eau bouillante dans un bol, et mettre une poignée d’herbes dedans. Se placer au-dessus du bol avec une serviette sur la tête, pour emprisonner la vapeur, et rester ainsi 5 minutes environ.
  • Procéder ensuite à un léger gommage, puis appliquer un soin hydratant.

 

Attention, si l’on a une peau fine, sensible ou sujette à la couperose, mieux vaut éviter ce genre de soin (ou le pratiquer anecdotiquement, après avoir appliqué un soin ou une huile protectrice).

Marmelade de pamplemousse à la rose

Marmelade de pamplemousse à la rose

Marmelade de pamplemousse à la roseChaque année pour Noël, je concocte quelques confitures originales, que je joins aux colis et aux paquets cadeaux, en guise de douceurs fait maison.

 

La marmelade de pamplemousse à la rose est dans ma tête depuis longtemps. Je suis partie d’une recette du blog « Un déjeuner de soleil » : http://www.undejeunerdesoleil.com/2015/02/marmelade-pamplemousse-rose-recette.html que j’ai reprise peu ou prou, en faisant mes variantes habituelles. L’idée était d’adoucir et d’apporter une touche orientale à une marmelade de pamplemousse un peu acide, sans pour autant que la rose ne soit écœurante.

Ingrédients :

  • 6 pamplemousses bio (on arrive normalement à 1,5kg de fruits, plus ou moins) ou, à défaut, de pamplemousses non traités.
  • 800g de sucre semoule (pour une fois je n’ai pas utilisé de sucre de canne pour ne pas colorer la marmelade)
  • 6 cs d’hydrolat de rose (1 par pamplemousse). J’ai utilisé le même hydrolat que dans mes préparations cosmétiques, puisqu’il est pur et sans additifs. (De manière générale je déconseille les « eau de rose » et « eau de fleur d’oranger » de grande surface, coupés à l’eau la plupart du temps, si ce n’est avec des arômes artificiels).

Préparation :

  • Zester les pamplemousses, et les faire cuire en sirop (150g de sucre pour 1,5kg d’eau) pendant une bonne vingtaine de minutes (tout comme dans la recette initiale, pour que le volume d’eau diminue de moitié).
  • Pendant ce temps, détailler les pamplemousses en suprême (c’est long et fastidieux) : après avoir pelé à vif le pamplemousse, trancher un premier quartier au niveau de la membrane. Il suffit ensuite de passer le couteau le long de la membrane opposée pour retirer le suprême sans trop de dégâts. Garder le jus avec la pulpe.
  • Quand le sirop a diminué de moitié, verser dessus le sucre restant (650g) avec les suprêmes et le jus.
  • Laisser cuire à feu doux pendant une bonne heure et demi.
  • Avant de mettre en pot, verser l’hydrolat de rose sur la marmelade et stopper la cuisson.
  • Mettre en pot stérilisés.

 

Renard argenté

Confiture de kakis aux agrumes

Dans le jardin de mon  grand-père il y a… un plaqueminier 🙂 Comme le nom de cet arbre ne l’indique pas, il fait des kakis, ces fruits oranges que l’on mange après les gelées, quand ils sont blets et qu’ils s’écrasent entre les doigts. La texture et le goût sont étranges, mais pas désagréables : un peu douceâtre au coeur, plus âpre quand on se rapproche de la peau. C’est bon.
Donc, dans le jardin de mon grand-père, il y a ça, et seule ma mère et moi aimons les kakis. Seulement, la production est trop grande pour seulement nous deux, et puis les kakis sont astringents, donc on évitera d’en manger trop. La solution — parce que la nourriture, ça ne se jette pas — est donc d’en faire de la confiture. Ma mère en a fait une première bassine, mais elle a râclé les peaux, ce qui donne une confiture un peu âpre et peu conseillée pour les estomacs fragiles.
J’ai fait la deuxième bassine en suivant mon nez — et il est fin 😉 —, et le résultat est moins âpre — bon, le kaki à la base, ça l’est, âpre, c’est sa nature, mais là ça ressort moins et on n’a pas l’impression d’avoir une langue de bois après.

Ingrédients (pour 3 pots de 300 g environ)

  • 1 kg de kakis bien mûrs (c’est simple, quand ils sont mûrs, ils s’écrasent ; mais c’est seulement à ce moment-là qu’ils sont bons, sinon, c’est comme manger… je sais pas… de la pierre ponce ?)
  • 600g de sucre
  • Le jus d’un 1/2 pamplemousse
  • Le zeste d’un citron et ses quartiers
  • 50g d’orange confite
  • Gingembre
  • 1/2 gousse de vanille
  • 2 bouchons de rhum

Préparation

  • Prélevez la pulpe des kakis sans râcler la peau. Je vous aurais prévenus 😉
  • Mettez la pulpe dans la bassine à confiture, le jus du pamplemousse (et son zeste s’il n’est pas traité), le zeste du citron, les quartiers de citron pelés à vif (si vous y arrivez… ce fut un échec pour cette fois :s), l’orange confite, les épices et le sucre.
  • Laissez macérer avec le sucre (seulement 600g, parce que sur le kilo de kakis de départ, il y a eu du déchet…) jusqu’à ce que le sucre soit dissoud (soit environ 40 min).
  • Ajoutez le rhume rhum (oui, c’est l’hiver, pourquoi ?) et portez à ébullition pendant 6 à 7min (à gros bouillon et sans décesser de remuer).
  • Mettez en pot et faites-vous une tartine avec ce qu’il reste sur les bords de la bassine 🙂

J’aurais bien fait aussi de la gelée de pommes au citron vert, mais je suis la seule à aimer ça chez mes parents… ça attendra quand j’aurais un chez-moi 🙂

Ré-édition du 19 décembre : Confiture de kakis à l’orange et au citron

Mon grand-père nous en a de nouveau donné… 2kg. J’ai donc fait une variante :

  • 2kg de kakis,
  • 1 orange et son zeste grossièrement râpé (avec la grosse râpe, quoi),
  • 1 citron traité de même façon.
  • 1,5kg de sucre.

Le traitement se fait de la même façon : réservez la pulpe, ajoutez les zestes et les jus, le sucre, laissez mariner 1h, et faites cuire ensuite à gros bouillons. C’est encore meilleur qu’avec le pamplemousse !