Renard argenté

Marmelade d’oranges amères

Comme promis, après la confiture de citron et la marmelade de trois agrumes, voici la recette de la marmelade d’oranges amères. C’est la saison actuellement, et la saveur de cette marmelade est incomparable avec celle d’orange douce (très bonne au demeurant mais sans ce côté corsé qui accompagne à merveille les scones et les pancakes ^.^).

Ici la préparation se fait en trois jours (voire 4), afin de bien confire les écorces. J’insiste mais il faut bien entendu des oranges bio si on ne veut pas déguster un concentré de pesticides. J’ai suivi les proportions données par la recette originale, ce qui donne beaucoup de pots de confitures – une bonne douzaine ! Vous pouvez allègrement diviser les proportions par deux et avoir quand même un stock pour l’année 🙂

Ingrédients :

  • 1.5kg d’oranges amères (soit une douzaine de fruits)
  • 2 citrons
  • 25dl d’eau (2dl par fruit), soit 2.5L 😉
  • 3kg de sucre (et ce n’est pas trop, sinon la marmelade serait vraiment très très amère).

Préparation :

Jour 1 : 

  • Presser les oranges et les citrons au presse agrumes. Garder les pépins et les mettre dans un nouet qui servira à faire prendre la confiture.
  • Couper les pelures, grossièrement ou finement selon votre goût. Si l’écorce semble épaisse, avec beaucoup de peau blanche, enlever grossièrement cette épaisseur au petit couteau.
  • Verser les morceaux d’écorce dans le jus et laisser macérer une nuit (avec le nouet).

Jour 2 :

  • Porter à ébullition pendant 1 heure à découvert, puis laisser de nouveau macérer une nuit.

Jour 3 :

  • Verser les 3kg de sucre, laisser se dissoudre pendant 3 heures.
  • Puis porter de nouveau à ébullition pendant 1 heure en remuant de temps en temps. La confiture prend une couleur ambrée. Quand elle est assez cuite, mettre en pots stérilisés.

Cette dernière étape peut aussi être réalisée le 4e jour, si on rentre trop tard du travail pour tout faire dans la soirée 😉

 

Renard argenté

Marmelade de trois agrumes

Janvier est la période idéale pour trouver des agrumes « originaux », que ce soit les oranges amères ou les citrons bergamote – que j’ai découvert d’an dernier à l’étal bio de mon petit marché. Comme c’est un peu le seul endroit où je peux trouver des oranges amères et des citrons bergamote bio, je fais le plein pour faire des marmelades. Celle d’oranges amères est encore en préparation (elle se fait sur trois jours) mais la marmelade de trois agrumes est déjà en pots, avec ses parfums d’orange douce, pamplemousse et bergamote !

Comme toujours pour les confitures d’agrumes, je ne jure que par le bio, puisque les zestes voire les peaux entières rentrent dans la confection. Ici, je n’ai utilisé que les zestes, ce pourquoi la préparation est plus rapide (les zestes confisent plus vite et sont moins amers). Mes pamplemousses et citrons avaient une peau trop épaisse pour qu’elle soit ajoutée à la confiture – cela donne de l’amertume.

Ingrédients (pour 1kg de confiture environ) :

  • 8 oranges douces
  • 2 pamplemousses
  • 2 gros citrons bergamote
  • 1kg de sucre
  • 15dl d’eau

Préparation :

  • Zester finement les agrumes. Peler à vif les oranges et les pamplemousses (veiller à recueillir le jus), et presser le jus des citrons.
  • Garder les pépins pour les mettre dans un nouet et faciliter la prise de la marmelade.
  • Détailler les oranges en quartier, et détailler les pamplemousses en suprêmes pour enlever leur membrane, trop épaisse.
  • Mettre le tout dans un saladier, verser le jus de citron par dessus, et ajouter 300g de sucre.
  • Laisser reposer une douzaine d’heure.
  • Une fois le temps passé, verser le tout dans une marmite, ajouter encore 300g de sucre et 15 dl d’eau et laisser frémir pendant une bonne heure (ne pas oublier de mettre le nouet avec les pépins au milieu).
  • Au bout d’une heure, ajouter le reste de sucre et laisser encore cuire 40 minutes. Le volume doit avoir diminué d’un tiers environs.
  • Vérifier la prise de la marmelade avant de mettre en pots stérilisés, les retourner pour faire le vide.

Je suis un peu monomaniaque en hiver pour les confitures, après celle de pamplemousse à la rose et de citron, la prochaine qui viendra sera la marmelade d’orange amère !

Marmelade de pamplemousse à la rose

Marmelade de pamplemousse à la rose

Marmelade de pamplemousse à la roseChaque année pour Noël, je concocte quelques confitures originales, que je joins aux colis et aux paquets cadeaux, en guise de douceurs fait maison.

 

La marmelade de pamplemousse à la rose est dans ma tête depuis longtemps. Je suis partie d’une recette du blog « Un déjeuner de soleil » : http://www.undejeunerdesoleil.com/2015/02/marmelade-pamplemousse-rose-recette.html que j’ai reprise peu ou prou, en faisant mes variantes habituelles. L’idée était d’adoucir et d’apporter une touche orientale à une marmelade de pamplemousse un peu acide, sans pour autant que la rose ne soit écœurante.

Ingrédients :

  • 6 pamplemousses bio (on arrive normalement à 1,5kg de fruits, plus ou moins) ou, à défaut, de pamplemousses non traités.
  • 800g de sucre semoule (pour une fois je n’ai pas utilisé de sucre de canne pour ne pas colorer la marmelade)
  • 6 cs d’hydrolat de rose (1 par pamplemousse). J’ai utilisé le même hydrolat que dans mes préparations cosmétiques, puisqu’il est pur et sans additifs. (De manière générale je déconseille les « eau de rose » et « eau de fleur d’oranger » de grande surface, coupés à l’eau la plupart du temps, si ce n’est avec des arômes artificiels).

Préparation :

  • Zester les pamplemousses, et les faire cuire en sirop (150g de sucre pour 1,5kg d’eau) pendant une bonne vingtaine de minutes (tout comme dans la recette initiale, pour que le volume d’eau diminue de moitié).
  • Pendant ce temps, détailler les pamplemousses en suprême (c’est long et fastidieux) : après avoir pelé à vif le pamplemousse, trancher un premier quartier au niveau de la membrane. Il suffit ensuite de passer le couteau le long de la membrane opposée pour retirer le suprême sans trop de dégâts. Garder le jus avec la pulpe.
  • Quand le sirop a diminué de moitié, verser dessus le sucre restant (650g) avec les suprêmes et le jus.
  • Laisser cuire à feu doux pendant une bonne heure et demi.
  • Avant de mettre en pot, verser l’hydrolat de rose sur la marmelade et stopper la cuisson.
  • Mettre en pot stérilisés.

 

Renard argenté

Marmelade d’abricots ampuisais

Les meilleurs abricots au monde sont les ampuisais, variété locale de petits abricots tout ronds, tout doux, bien fermes et tendres, qui cueillis à maturité, fondent en bouche comme une compote douce. Pas une once d’acidité, raisonnablement juteux, et un goût de soleil – la perfection résumée en un abricot.

Il va donc de soit que je ne saurais que conseiller ces abricots, même si à défaut, des orangés de Provence pourraient faire l’affaire.

Ingrédients :

  • 1 kg d’abricots ampuisais dénoyautés
  • 700g de sucre

Préparation :

  • Rincer les abricots, les couper en deux et les dénoyauter.
  • Les mettre à macérer avec le sucre
  • Quand le sucre est dissous et que les oreillons baignent joyeusement dans un sirop orange, porter à ébullition, tout doucement,
  • et laisser cuire jusqu’à ce que la prise se fasse (je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que je fais de la confiture, la prise se fait beaucoup plus lentement que ce qui est indiqué dans le bouquin… ou beaucoup plus vite. Enfin, jamais la durée précisée, quoi)

Vous pouvez décider de mixer les abricots, si comme mon papa vous aimez bien la confiture moulinée sans fil et sans morceau. Ou alors, vous trouvez tellement jolis ces oreillons devenus translucides et confits que vous les laissez tels quels dans le jus, parce que c’est beau, franchement. Ou encore, vous coupez la poire en deux et vous les marpaillez (je vous avais dit que j’aimais ce mot ! :)) avec un presse-purée.

L’abricot se marie bien avec la vanille, mais aussi avec la verveine, la menthe et le romarin, si l’on souhaite apporter une variante 🙂