Renard argenté

Marmelade de trois agrumes

Janvier est la période idéale pour trouver des agrumes « originaux », que ce soit les oranges amères ou les citrons bergamote – que j’ai découvert d’an dernier à l’étal bio de mon petit marché. Comme c’est un peu le seul endroit où je peux trouver des oranges amères et des citrons bergamote bio, je fais le plein pour faire des marmelades. Celle d’oranges amères est encore en préparation (elle se fait sur trois jours) mais la marmelade de trois agrumes est déjà en pots, avec ses parfums d’orange douce, pamplemousse et bergamote !

Comme toujours pour les confitures d’agrumes, je ne jure que par le bio, puisque les zestes voire les peaux entières rentrent dans la confection. Ici, je n’ai utilisé que les zestes, ce pourquoi la préparation est plus rapide (les zestes confisent plus vite et sont moins amers). Mes pamplemousses et citrons avaient une peau trop épaisse pour qu’elle soit ajoutée à la confiture – cela donne de l’amertume.

Ingrédients (pour 1kg de confiture environ) :

  • 8 oranges douces
  • 2 pamplemousses
  • 2 gros citrons bergamote
  • 1kg de sucre
  • 15dl d’eau

Préparation :

  • Zester finement les agrumes. Peler à vif les oranges et les pamplemousses (veiller à recueillir le jus), et presser le jus des citrons.
  • Garder les pépins pour les mettre dans un nouet et faciliter la prise de la marmelade.
  • Détailler les oranges en quartier, et détailler les pamplemousses en suprêmes pour enlever leur membrane, trop épaisse.
  • Mettre le tout dans un saladier, verser le jus de citron par dessus, et ajouter 300g de sucre.
  • Laisser reposer une douzaine d’heure.
  • Une fois le temps passé, verser le tout dans une marmite, ajouter encore 300g de sucre et 15 dl d’eau et laisser frémir pendant une bonne heure (ne pas oublier de mettre le nouet avec les pépins au milieu).
  • Au bout d’une heure, ajouter le reste de sucre et laisser encore cuire 40 minutes. Le volume doit avoir diminué d’un tiers environs.
  • Vérifier la prise de la marmelade avant de mettre en pots stérilisés, les retourner pour faire le vide.

Je suis un peu monomaniaque en hiver pour les confitures, après celle de pamplemousse à la rose et de citron, la prochaine qui viendra sera la marmelade d’orange amère !

Renard argenté

Brioche cocote

Le week-end dernier, avec ma mère, nous sommes allées à la minoterie par chez mes parents… et j’en ai ramené 6kg de farine : blanche, sarrasin, et un mélange “céréales et fruits”, une farine de blé avec dedans des flocons d’avoine, de seigle, de maïs, de blé et d’orge, de la semoule de blé dur, du citron et de l’orange confite, des pommes, des abricots, de la papaye et de la mangue confit… Autant dire qu’il n’y a pas besoin de rajouter quoi que ce soit dans le gâteau 🙂 (ils font plein de mélanges super sympa, j’ai aussi de la “Plaisant’thym”, avec du thym et d’autres herbes dedans, que j’essayerai en muffins salés).

Et, il y a quelque jour, je vois passer cette recette sur mon Netvibes… Une brioche cuite en cocotte, voilà qui réduit mes craintes face à la cuisson de ce met dans mon scrogneugneu de mini-four ! Et l’occasion d’utiliser cette farine spéciale…

J’ai, forcément, modifié la recette 😉 J’étais étonnée, par contre, par l’absence de beurre dedans… mais je n’ai pas retouché à ça.

Ingrédients :

  • 250g de farine “Céréales et fruits”
  • 1/2 sachet de levure briochin
  • 1 pincée de sel
  • 40g de sucre
  • 75g de lait
  • 2 bouchons d’eau de fleur d’oranger
  • 1 œuf

Préparation :

  • Mélanger la farine, le sel, le sucre et la levure.
  • Creuser un puits (j’adore faire ça, c’est l’une des premières choses que j’ai dû apprendre en cuisine avec M’man, quand j’étais toute petiote : “Tu creuses le puits, voilà… je verse le lait dedans, et toi tu remues doucement… Doucement, hein ! pas mettre de la farine de partout… Mais ! Qu’est-ce que j’ai dit !” :D), casser l’œuf dedans et bien mélanger. Refaire un puits pour le plaisir 😉
  • Faire tiédir le lait avec la fleur d’oranger — la pâte lève mieux si le lait est tiède. Verser dans le puits, bien mélanger. Couvrir le saladier d’un torchon, et laisser lever la pâte deux heures.
  • Chemiser la cocotte. Au bout de deux heures de levée, refaire une boule de la pâte et la mettre dans la cocotte. Fermer le couvercle, et laisser lever de nouveau une heure.
  • Puis, enfourner 40 minutes (1h pour moi) à four froid, 220°C.
  • Laisser tiédir, et déguster au p’tit déj’…

Je tiens à dire que je suis fière de ma brioche, c’est la première fois que j’en réussi une aussi bien que ma mère 🙂 Bon, elle n’a pas gonflé autant que je l’espérais… il faudra donc que je réessaye, zut alors ! 😀

Variante aux agrumes

J’ai repris ma recette de brioche en cuisson cocotte pour faire une variante aux agrumes, pour le petit déjeuner (celle qui embaumait mon appart ;)). Je pensais accueillir deux Empereurs affamés, mais Julien ayant préféré son hôtel (sous prétexte que sa valise était trop lourde à charrier et qu’en plus il pleuvait), Gilles a pu manger sa part 😀

Ingrédient :

  • 250g de farine blanche
  • 15cl de lait
  • 40g de sucre
  • 1 œuf
  • 1/2 sachet de levure briochin
  • 2 poignées d’écorces d’orange et de citron confits
  • le zeste d’une orange non traitée
  • deux bouchons d’eau de fleur d’oranger

Préparation :

  • Mélanger la farine, la levure, le sucre et les agrumes coupés, mélanger. Creuser un puits.
  • Battre l’oeuf dans un bol avant de l’ajouter à la pâte en évitant les grumeaux.
  • Faire chauffer le lait dans une casserole avec l’eau de fleur d’oranger.
  • Ajouter à la pâte, jusqu’à obtenir une pâte homogène.
  • Laisser lever dans le saladier avec un torchon au dessus, pendant 3h minimum (personnellement, j’ai laissé lever tout l’après-midi, quand j’étais au boulot).
  • Chemiser une cocotte, verser la pâte dedans et laisser lever encore une heure.
  • Enfourner à froid et laisser cuire 40 minutes à four normal (1h30 pour moi), 180°C.
Renard argenté

Confiture de kakis aux agrumes

Dans le jardin de mon  grand-père il y a… un plaqueminier 🙂 Comme le nom de cet arbre ne l’indique pas, il fait des kakis, ces fruits oranges que l’on mange après les gelées, quand ils sont blets et qu’ils s’écrasent entre les doigts. La texture et le goût sont étranges, mais pas désagréables : un peu douceâtre au coeur, plus âpre quand on se rapproche de la peau. C’est bon.
Donc, dans le jardin de mon grand-père, il y a ça, et seule ma mère et moi aimons les kakis. Seulement, la production est trop grande pour seulement nous deux, et puis les kakis sont astringents, donc on évitera d’en manger trop. La solution — parce que la nourriture, ça ne se jette pas — est donc d’en faire de la confiture. Ma mère en a fait une première bassine, mais elle a râclé les peaux, ce qui donne une confiture un peu âpre et peu conseillée pour les estomacs fragiles.
J’ai fait la deuxième bassine en suivant mon nez — et il est fin 😉 —, et le résultat est moins âpre — bon, le kaki à la base, ça l’est, âpre, c’est sa nature, mais là ça ressort moins et on n’a pas l’impression d’avoir une langue de bois après.

Ingrédients (pour 3 pots de 300 g environ)

  • 1 kg de kakis bien mûrs (c’est simple, quand ils sont mûrs, ils s’écrasent ; mais c’est seulement à ce moment-là qu’ils sont bons, sinon, c’est comme manger… je sais pas… de la pierre ponce ?)
  • 600g de sucre
  • Le jus d’un 1/2 pamplemousse
  • Le zeste d’un citron et ses quartiers
  • 50g d’orange confite
  • Gingembre
  • 1/2 gousse de vanille
  • 2 bouchons de rhum

Préparation

  • Prélevez la pulpe des kakis sans râcler la peau. Je vous aurais prévenus 😉
  • Mettez la pulpe dans la bassine à confiture, le jus du pamplemousse (et son zeste s’il n’est pas traité), le zeste du citron, les quartiers de citron pelés à vif (si vous y arrivez… ce fut un échec pour cette fois :s), l’orange confite, les épices et le sucre.
  • Laissez macérer avec le sucre (seulement 600g, parce que sur le kilo de kakis de départ, il y a eu du déchet…) jusqu’à ce que le sucre soit dissoud (soit environ 40 min).
  • Ajoutez le rhume rhum (oui, c’est l’hiver, pourquoi ?) et portez à ébullition pendant 6 à 7min (à gros bouillon et sans décesser de remuer).
  • Mettez en pot et faites-vous une tartine avec ce qu’il reste sur les bords de la bassine 🙂

J’aurais bien fait aussi de la gelée de pommes au citron vert, mais je suis la seule à aimer ça chez mes parents… ça attendra quand j’aurais un chez-moi 🙂

Ré-édition du 19 décembre : Confiture de kakis à l’orange et au citron

Mon grand-père nous en a de nouveau donné… 2kg. J’ai donc fait une variante :

  • 2kg de kakis,
  • 1 orange et son zeste grossièrement râpé (avec la grosse râpe, quoi),
  • 1 citron traité de même façon.
  • 1,5kg de sucre.

Le traitement se fait de la même façon : réservez la pulpe, ajoutez les zestes et les jus, le sucre, laissez mariner 1h, et faites cuire ensuite à gros bouillons. C’est encore meilleur qu’avec le pamplemousse !