Renard argenté

Tomates confites

Après les poivrons, les tomates cerises ! Toujours en cuisson au four, ce qui permet de faire autre chose en même temps, et en limitant les étapes. Avant, je coupais les tomates en deux et les équeutais, mais par manque de temps cette fois, j’ai fait avec des tomates cerises entières, et ça marche tout aussi bien.

Ingrédients :

  • Des petites tomates cerises (au moins 250g pour un petit bocal de conserve)
  • De l’huile d’olive
  • Thym
  • Sel, poivre

Préparation :

  • Dans un plat, déposer les tomates préalablement rincées. Arroser d’huile d’olive.
  • Ebrancher le thym, saler, poivrer et enfourner 1h à 180°C.
  • Mettre en pot et couvrir d’huile d’olive avant de stériliser.

Tout comme les poivrons, ces tomates confites à l’huile d’olive iront très bien en apéritif, à moins que vous ne versiez tout le pot dans un plat de tagliatelles !

Renard argenté

Poivrons grillés

C’est souvent en septembre que l’on se retrouve chargés de tomates, poivrons, fruits venus en masse avec les derniers éclats de chaleur… et c’est aussi souvent à ce moment là qu’on a moins le temps de cuisiner parce que c’est la rentrée pour tout le monde à la maison. Du coup, faire rôtir les légumes au four pour les mettre ensuite en conserve est ce que j’ai trouvé de plus simple pour ne pas perdre tous ces légumes – sauf si j’ai de quoi faire une ratatouille 🙂

Ingrédients :

  • Des poivrons – charnus, c’est mieux, sinon la peau sèche en même temps que la pulpe et il ne reste plus grand chose
  • De l’huile d’olive
  • Quelques brins de thym

Préparation :

  • Couper les poivrons en deux et les disposer sur une plaque. Enfourner 20 à 30 minutes sous le grill à 180°C, peau des poivrons sur le dessus. Elle va brunir et cloquer.
  • Quand les poivrons ont refroidi, enlever les peaux et couper en lanière avant de disposer dans vos bocaux. Arroser d’huile d’olive et ajouter un brin de thym dans chaque pot avant de stériliser.

En apéritif sur des tartines ou avec des pâtes, ces poivrons sont parfaits. Quant au surplus d’huile d’olive qui vous restera, il servira de base pour une sauce 🙂

Renard argenté

Filets de poulet aux légumes rôtis

Dans la famille « flemmarde », vous aurez compris que je n’aime rien tant que la cuisine simple qui se fait presque toute seule. Généralement, je passe une matinée du week-end à préparer des bases de plats qui servent ensuite pour la semaine – comme on emmène nos repas de midi au boulot, cela permet d’avoir des tupperwares tout prêt d’avance et simplifie les soirées.

Aussi, avant de me lancer dans la confection de quelques kilos de ratatouille, (la version pas flemmarde), j’ai lancé au four ce plat, qui cuit seul et tranquillement pendant 1 heure sans rien demander à personne.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Deux filets de poulet
  • 3 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 gros poivrons
  • 3 tomates cœur de bœuf
  • Quelques feuilles de sauge, des brins de thym et du basilic
  • Sel, poivre, huile d’olive

Préparation :

  • Arroser le fond du plat d’huile d’olive.
  • Déposer les oignons émincés et l’ail concassé. Saler, poivrer, saupoudrer allègrement de thym, et mélanger l’ensemble.
  • Émincer le poivron, couper les tomates en tranches, et ajouter le tout au poulet dans le plat.
  • Ajouter le reste des herbes et de nouveau un généreux filet d’huile d’olive.
  • Enfourner 1h à 150°C, en retournant les filets à mi-cuisson.

Ce plat peut être servi chaud ou froid.

Renard argenté

Salade de melon à la grenade

Cette salade bien fraîche est un bon mélange de sucré et salé, de doux et d’acidulé, et se prête bien aux repas par temps de canicule.

Ingrédients (pour 4) :

  • 2 melons charentais mûrs à point
  • 1 grenade
  • 250g de feta
  • 3 brins de menthe
  • Jus de citron

Préparation :

  • Couper et épépiner les melons avant de les détailler en dés.
  • Épépiner la grenade de la même façon, puis couper la feta.
  • Effeuiller la menthe et arroser de citron.
  • Servir de suite, ou la sortir du frigo 30 minutes avant de servir pour que le goût du melon ne soit pas annihilé par le froid !
Renard argenté

Soupe ramen (rapide !) de poulet au bouillon miso

Soupe ramen

J’ai découvert les soupes ramen il y a des années de cela, dans un restaurant à Paris, grâce à un ami passionné de culture japonaise… et j’ai eu la chance de pouvoir les goûter à Tokyo même, il y a trois ans, lors d’un superbe voyage avec mon beau-père (je mettrai probablement une rétrospective photo de ces vacances pour réchauffer un peu l’hiver gris d’ici). Depuis, à la mi-janvier, j’ai toujours des envies d’edamame et de soupes ramen.

Ces soupes sont des plats complets dont la base est toujours un bouillon, des pâtes (les ramen, ou les soba à la farine de sarrasin), puis un assortiment de légumes / protéines, que ce soit porc, poulet, boeuf, ou oeufs. Normalement, on n’est pas sensé boire le bouillon mais moi je mange tout, parce que tout est bon 😀

Je n’ai jamais tenté de faire une soupe dans les règles de l’art, en préparant moi-même le bouillon et les pâtes. J’avoue que pour en déguster une « vraie de vraie », je préfère aller dans un très bon japonais à Strasbourg 🙂 Mais pour les soirs de flemme où j’ai besoin de boire quelque chose de réconfortant, sans pour autant opter pour le bouillon de poule avec les pâtes alphabet, j’ai toujours des cubes de bouillon miso et des ramen sèches, qui me servent de base. Ensuite, il suffit d’éplucher le contenu du frigo pour compléter !

Cette « recette » là est celle que je fais le plus souvent (je ne sais si on peut vraiment parler de recette tellement c’est simple !).

Ingrédients (pour deux gros bols) :

  • 1 poireau (ou deux verts de poireau)
  • 1 poignée de bonites (les shitake) ou à défaut, de champignons type « de Paris » frais.
  • 1 filet de poulet
  • 2 cubes de bouillon miso
  • 2 portions de ramen (ou soba si vous préférez les nouilles au sarrasin).

Préparation :

  • Couper le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans la casserole – dans un peu d’huile de sésame si vous avez, ou de beurre sinon.
  • Ciseler les champignons et les poireaux. Les ajouter au poulet, que l’on sortira quand il sera cuit (le réserver au chaud). A ce moment, verser de l’eau chaude par dessus les légumes (1L environ). Cela donnera du goût au bouillon en plus du miso.
  • Quand le poireau est cuit, ajouter les cubes de bouillon miso, puis les ramen. Laisser cuire 10 minutes, et servir ensuite le bouillon avec les pâtes dans des bols, en ajoutant le poulet par dessus.

Et puis déguster ! C’est un plat prêt en 30 minutes à peine, et qui apporte aisément sa touche d’exotisme 🙂

Renard argenté

Tourte au boeuf et aux rognons – Steak and Kidneys Pie

« Harry had just finished telling Ron what had happened when he’d left the grounds with Professor McGonagall. Ron had a piece of steak and kidney pie halfway to his mouth, but he’d forgotten all about it. »

Harry Potter and the Philosopher’s Stone – Chapter 9 (The Midnight Duel)

Dans le repas Harry Potter de ma petite soeur, j’ai commencé par vous présenter le dessert – le strudel de Queenie – parce que je n’avais pas pu faire de photo bien éclairée pour la tourte au boeuf et aux rognons (et même aujourd’hui, vu le temps pourri…).

Je suis partie d’une recette de mon bouquin Simply british !, la seule modification apportée étant que j’ai utilisé une pâte brisée plutôt que feuilletée (en me basant sur mes souvenirs culinaires d’Ecosse cet été ; j’avais goûté à ce plat dans un joli pub de Glannis et la pâte ressemblait plutôt à une pâte brisée, quoi qu’avec moins de beurre de mémoire). Bon, l’autre modification n’est que de « forme » parce que j’ai utilisé une plaque à muffins pour faire des tourtes individuelles, plutôt que d’en faire de grandes, c’est plus joli à présenter 🙂

Attention, c’est un plat long à préparer ; mais là encore, on peut tout à fait préparer la « farce » à l’avance (vu qu’elle doit cuire deux heures…) et faire l’assemblage au dernier moment pour avoir une croûte croustillante. Il est tout à fait possible aussi de les faire réchauffer 10/15 minutes au four avant de servir, mais on perd du croquant.

Ingrédients (pour 12 portions) :

  • 750g de boeuf à braiser (gîte)
  • 250g de rognon d’agneau
  • 2 oignons finement émincés
  • 2cs de farine
  • 1,5L de bouillon de boeuf
  • 3cs d’huile d’olive (ou de graisse de boeuf, originellement)
  • 1 bouquet de persil
  • 3 rouleaux de pâte brisée (si vous voulez faire des portions individuelles ; si vous recouvrez plutôt un plat à tourte, en ce cas 1 rouleau suffit)
  • 1 oeuf
  • sel, poivre.

Préparation :

  • Préchauffer le four à 150°C.
  • Faire revenir les oignons dans l’huile d’olive, puis réserver.
  • Couper le boeuf en cubes de 2 cm. Dégraisser les rognons (j’ai demandé au boucher de les préparer pour moi ^.^) et les couper eux aussi en dés de 2cm.
  • Dans un saladier, mettre 2cs de farine avec le sel et le poivre et rouler la viande dedans pour l’enrober de farine.
  • Faire chauffer de l’huile d’olive dans une grande casserole et y faire revenir la viande jusqu’à ce qu’elle soit bien saisie. Ajouter alors les oignons, le bouquet de persil émincé et recouvrir de bouillon de boeuf.
  • Saler, poivrer et porter à ébullition.
  • Verser ensuite dans un plat passant au four, le couvrir et le placer au four pendant 2 heures. Eventuellement ajouter du bouillon si cela manque.
  • Pendant ce temps, foncer les empreintes à muffins avec la pâte brisée.
  • Quand la viande est cuite, la sortir du four et laisser refroidir.
  • Puis, verser la garniture dans les empreintes à muffins, ou dans un plat à gratin.
  • Recouvrir ensuite de pâte brisée. Faire une cheminée au milieu pour laisser la vapeur s’échapper.
  • Décorer avec les chutes de pâte, battre l’oeuf et dorer la pâte avec.
  • Préchauffer le four à 200°C, et laisser cuire les tourtes une bonne trentaine de minutes, jusqu’à ce qu’elle soient bien dorées.

Servir chaud avec de la purée de pois cassé pour une version « Chaudron Baveur », ou une salade pour une version plus légère 🙂

 

Renard argenté

Velouté de chou-fleur au chèvre et à l’orange

Velouté de chou-fleur au chèvre

J’avais un chou-fleur dans mon panier fermier, des oranges bios, du fromage de chèvre dans mon frigo… et la recette du Velouté de chou fleur, fromage de chèvre et zestes d’oranges de chez Papille et Pupilles sous le nez ! L’idée d’un velouté de chou-fleur au chèvre était intrigante, et j’ai poussé l’aventure jusqu’à ajouter de vrais zestes d’oranges dans la soupe, avec une pointe de curry pour réchauffer le tout (en gros, je n’ai pas suivi la recette à lettre, comme d’habitude).

Et bien, c’est surprenamment délicieux ! A refaire encore et encore, y compris en plat « chic » de fête car ce velouté de chou-fleur est d’un joli blanc, et les zestes d’oranges ajoutent du peps 🙂

Ingrédients (pour 4 bols) :

  • 1 belle tête de chou-fleur (la mienne faisait 750g)
  • 200g de fromage de chèvre frais (des palets pour moi)
  • le zeste frais d’une orange bio
  • 1/2L de bouillon de poule
  • du lait
  • 1cc de curry, sel et poivre

Préparation :

  • Détailler le chou-fleur en fleurette et cuire soit à l’eau, soit à la vapeur.
  • Si la cuisson est à l’eau, jeter l’eau de cuisson (cela amoindrira le goût du chou)
  • Préparer le bouillon de poule (1 cube de bouillon déshydraté pour 1/2L d’eau chaude), verser sur le chou-fleur.
  • Ajouter le fromage de chèvre, du lait pour compléter le niveau de liquide, les épices et le zeste d’orange (moins quelques filaments pour la décoration).
  • Porter à léger bouillon puis mixer le tout.
  • Servir votre joli velouté avec quelques zestes pour décorer.
Renard argenté

Daube provençale

Daube provençale

Un plat mijoté pour utiliser les dernières tomates de mon jardin en pots, que j’ai fini par faire mûrir dans la cuisine. Autant le bœuf bourguignon ne m’intéresse pas plus que ça, autant les différentes recettes de daube provençale que j’ai pu trouver sur internet me faisaient beaucoup plus envie. Ma recette est donc un mix entre plusieurs inspirations et les conseils de ma belle-mère ^.^

Ingrédients (pour 4 à 6 personnes) :

  • 800g de bœuf à rôtir (dénervé et dégraissé par le boucher)
  • 250g de poitrine fumée coupée en lardons
  • 6 petites tomates (à défaut, du concentré de tomates ou des tomates en bocaux)
  • 4 oignons
  • 2 poignées d’olives noires
  • 1 bouquet de sauge / romarin / persil
  • le zeste de 1 citron
  • 1/2 bouteille de Côte du Rhône rouge
  • 8 carottes
  • 500g de cèpes

Préparation :

  • Théoriquement, la viande se laisse mariner une nuit dans le vin rouge avec les carottes et le bouquet garni. J’ai sauté cette étape car j’ai préféré préparer la daube sur deux jours, avec deux cuissons lentes  (je trouve cela meilleur).
  • Faire revenir à feu vif dans une cocotte la poitrine fumée avec les oignons, puis saisir les morceaux de bœuf sur chaque face. Arroser ensuite de vin rouge.
  • Éplucher les tomates et les épépiner, les ajouter dans la sauteuse (on peut remplacer les tomates fraîches par du concentré de tomates ou du coulis. En ce cas ajouter une ou deux cuillères à soupe de sucre – complet si possible – pour enlever l’acidité).
  • Éplucher les carottes et les couper en rondelles, les ajouter à leur tour.
  • Arroser de nouveau de vin rouge de façon à couvrir à fleur la daube, puis verser le bouquet garni, les olives, le zeste du citron. Saler et poivrer.
  • Laisser cuire à feu vif jusqu’à ce que le vin rouge aient baissé d’un tiers, puis faire cuire à feu doux pendant 3 heures.
  • Le lendemain, faire réchauffer une heure à feu très doux, après avoir ajouté les cèpes (je les met à la fin pour ne pas les « perdre » dans la marinade).
  • Si le niveau de liquide est trop faible, ajouter du bouillon de bœuf.
  • Au dernier moment, verser 2 cs de farine ou de maïzena pour faire prendre la sauce.

Servir seul, ou avec du riz/des pâtes.

Renard argenté

Salade de fin d’été

Salade de fin d'été

Une de mes salades préférées qui vient à la fin de l’été… quand j’ai la chance de descendre à la bonne période dans ma famille. Car elle comporte des figues bleues, et les meilleures figues bleues poussent sur le figuier de mes grands-parents ^.^

Ingrédients (par personne) :

  • Un mesclun de jeunes pousses de roquette/mâche/feuille de chêne
  • Deux belles figues bleues
  • 1/2 poire
  • Du fromage de chèvre frais (1/4 de Petit Billy)
  • Une poignée de noix
  • Huile de noix
  • Jus de citron
  • Graines de sésame

Préparation :

Comme pour toute salade, c’est très simple : je dispose le mesclun au fond de l’assiette, coupe les figues en quartier, la 1/2 poire en lamelles, et ajoute le reste par dessus.

Pour l’assaisonnement je me contente d’huile de noix et de jus de citron mais vous pouvez faire une vraie vinaigrette en ajoutant de la moutarde douce et du miel.

Et voilà ! On en a mangé plusieurs midi d’affilés et sans s’en lasser ^.^

Renard argenté

La sauce tomate façon Maman

Sauce tomate de ma maman

Après la ratatouille de mon papa ^.^

Je profite toujours des promos à la ferme sur les tomates (celles qui sont un peu trop mûres, un peu talées, pas idéales pour une salade, et donc vendues à 1€ le kilo) pour préparer des sauces tomates que je conserve en pots pour l’hiver (au moins pour une fois mon compagnon ne râle pas quand je veux garder des pots 😀 ). Les ingrédients peuvent varier mais voici la recette de la sauce tomate inspirée par celle que fait ma mère : adoucie par l’ajout de quelques carottes.

Ingrédients :

  • 2kg de tomates
  • 4 carottes
  • 4 oignons
  • 4 gousses d’ail
  • 1 bouquet d’herbes fraiches (sauge, basilic ou les deux)
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre
  • 2cs de sucre complet (ou sucre blanc si vous n’avez pas mais le sucre complet a un goût d’épice que j’adore marrier aux tomates 🙂 )

Préparation :

  • Faire bouillir de l’eau et ébouillanter les tomates.
  • Pendant ce temps, éplucher les oignons et l’aïl, émincer le premier et écraser le second. Faire revenir dans un grand faitout au fond arrosé d’huile d’olive.
  • Eplucher les carottes et les couper en rondelles, les ajouter aux oignons.
  • Peler les tomates et les épépiner, avant de les couper grossièrement et les verser dans le faitout.
  • Assaisonner (sucre compris) et ajouter les herbes, laisser mijoter à feu moyen une petite heure.
  • Avant d’arrêter la cuisson et de mixer la sauce, ébouillanter les conserves et les sécher avec un torchon propre.
  • Mixer la sauce, verser en pot et les fermer.

Je garde bien entendu toujours une bonne portion de soupe pour les pâtes – que je fais même cuire directement dans le faitout une fois vidé de sa sauce, pour donner encore plus de goût aux pâtes fraîches 🙂