Renard argenté

Tomates confites

Après les poivrons, les tomates cerises ! Toujours en cuisson au four, ce qui permet de faire autre chose en même temps, et en limitant les étapes. Avant, je coupais les tomates en deux et les équeutais, mais par manque de temps cette fois, j’ai fait avec des tomates cerises entières, et ça marche tout aussi bien.

Ingrédients :

  • Des petites tomates cerises (au moins 250g pour un petit bocal de conserve)
  • De l’huile d’olive
  • Thym
  • Sel, poivre

Préparation :

  • Dans un plat, déposer les tomates préalablement rincées. Arroser d’huile d’olive.
  • Ebrancher le thym, saler, poivrer et enfourner 1h à 180°C.
  • Mettre en pot et couvrir d’huile d’olive avant de stériliser.

Tout comme les poivrons, ces tomates confites à l’huile d’olive iront très bien en apéritif, à moins que vous ne versiez tout le pot dans un plat de tagliatelles !

Renard argenté

Poivrons grillés

C’est souvent en septembre que l’on se retrouve chargés de tomates, poivrons, fruits venus en masse avec les derniers éclats de chaleur… et c’est aussi souvent à ce moment là qu’on a moins le temps de cuisiner parce que c’est la rentrée pour tout le monde à la maison. Du coup, faire rôtir les légumes au four pour les mettre ensuite en conserve est ce que j’ai trouvé de plus simple pour ne pas perdre tous ces légumes – sauf si j’ai de quoi faire une ratatouille 🙂

Ingrédients :

  • Des poivrons – charnus, c’est mieux, sinon la peau sèche en même temps que la pulpe et il ne reste plus grand chose
  • De l’huile d’olive
  • Quelques brins de thym

Préparation :

  • Couper les poivrons en deux et les disposer sur une plaque. Enfourner 20 à 30 minutes sous le grill à 180°C, peau des poivrons sur le dessus. Elle va brunir et cloquer.
  • Quand les poivrons ont refroidi, enlever les peaux et couper en lanière avant de disposer dans vos bocaux. Arroser d’huile d’olive et ajouter un brin de thym dans chaque pot avant de stériliser.

En apéritif sur des tartines ou avec des pâtes, ces poivrons sont parfaits. Quant au surplus d’huile d’olive qui vous restera, il servira de base pour une sauce 🙂

Renard argenté

Confiture de mirabelles à la vanille

Les paniers que l’on prend à la ferme en ce moment comporte toujours des kilos de prunes. Comme c’est un fruit plutôt fade, je le transforme systématiquement en compote (avec de la cannelle pour donner un goût)… sauf les mirabelles qui elles ont le droit de devenir des confitures, mais avec un peu de vanille.

Ingrédients :

  • 1kg environ de fruits (800g une fois dénoyautés)
  • 600g de sucre de canne
  • 1/2 gousse de vanille

Préparation :

  • Laver et dénoyauter les mirabelles.
  • Les laisser macérer une douzaine d’heure avec le sucre et la 1/2 gousse de vanille fendue et grattée (cette étape est dispensable mais elle permet de mieux confire les fruits ; et quand on a peu de temps devant soi, c’est pratique aussi !).
  • Laisser cuire à feu moyen pendant 40 minutes environ. Quand la confiture commence à prendre, verser en pots en enlevant les gousses de vanille pour ne pas qu’elle masque complètement le goût des prunes.

Vous pouvez mixer les fruits au préalables mais pour le coup, les mirabelles un peu confites me plaisent bien. Les gousses de vanille pourront resservir à la prochaine bassine de confiture, ou à parfumer le pot de sucre vanillé qui trône sur mon étagère 🙂

Renard argenté

Filets de poulet aux légumes rôtis

Dans la famille « flemmarde », vous aurez compris que je n’aime rien tant que la cuisine simple qui se fait presque toute seule. Généralement, je passe une matinée du week-end à préparer des bases de plats qui servent ensuite pour la semaine – comme on emmène nos repas de midi au boulot, cela permet d’avoir des tupperwares tout prêt d’avance et simplifie les soirées.

Aussi, avant de me lancer dans la confection de quelques kilos de ratatouille, (la version pas flemmarde), j’ai lancé au four ce plat, qui cuit seul et tranquillement pendant 1 heure sans rien demander à personne.

Ingrédients (pour deux personnes) :

  • Deux filets de poulet
  • 3 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 gros poivrons
  • 3 tomates cœur de bœuf
  • Quelques feuilles de sauge, des brins de thym et du basilic
  • Sel, poivre, huile d’olive

Préparation :

  • Arroser le fond du plat d’huile d’olive.
  • Déposer les oignons émincés et l’ail concassé. Saler, poivrer, saupoudrer allègrement de thym, et mélanger l’ensemble.
  • Émincer le poivron, couper les tomates en tranches, et ajouter le tout au poulet dans le plat.
  • Ajouter le reste des herbes et de nouveau un généreux filet d’huile d’olive.
  • Enfourner 1h à 150°C, en retournant les filets à mi-cuisson.

Ce plat peut être servi chaud ou froid.

Renard argenté

Tarte aux myrtilles et aux amandes

Les myrtilles et les framboises sont mes fruits rouges favoris, et la raison pour laquelle je regrette de n’avoir qu’une terrasse – sinon j’aurais bien deux rangées de framboisiers et une vingtaine de plans de myrtilles pour en manger autant que je veux !

La déclinaison en tarte est évidente – mais mes tartes préférées sont celles où on fiche la paix aux fruits et qu’on ne les noie pas sous la crème, le sucre ou la gelée. Du coup j’ai improvisé cette version aux amandes, parce que l’amande s’accorde à merveille avec la myrtille, et le résultat est savoureux !

Tout tient dans la qualité des éléments, car vous ne pourrez pas cacher une mauvaise pâte ou des fruits gâtés sous une couche de crème.

Ingrédients :

  • 1 bonne pâte feuilletée (pur beurre, et si possible de chez le pâtissier si comme moi vous n’avez pas envie de vous lancer dans l’élaboration d’une pâte feuilletée maison).
  • 300g de poudre d’amandes (le nec plus ultra étant de les moudre soit-même)
  • 400g de myrtilles
  • 100g de sucre complet (ou sucre de canne à défaut)
  • facultatif : framboises pour la décoration

Préparation :

  • Préchauffer le four à 180°C.
  • Etaler la pâte feuilletée, foncer le moule et piquer la pâte à la fourchette. Faire cuire à blanc 10 minutes avec des poids.
  • Sortir le moule du four et saupoudrer le fond de poudre d’amandes. Enfourner de nouveau pour 10 minutes.
  • Sortir de nouveau le moule, et cette fois verser les myrtilles sur le fond de tarte, avant de saupoudrer de sucre.
  • Réenfourner 10 à 20 minutes selon l’épaisseur de votre pâte.
  • Au sortir du four, ajouter les framboises – soit une couche complète, soit en décoration si vous n’en avez pas assez.
  • Laisser refroidir avant de servir.

Petit plus, pour ceux qui font attention à leurs courbes, c’est aussi bien meilleur pour la ligne 😀

Renard argenté

Salade de melon à la grenade

Cette salade bien fraîche est un bon mélange de sucré et salé, de doux et d’acidulé, et se prête bien aux repas par temps de canicule.

Ingrédients (pour 4) :

  • 2 melons charentais mûrs à point
  • 1 grenade
  • 250g de feta
  • 3 brins de menthe
  • Jus de citron

Préparation :

  • Couper et épépiner les melons avant de les détailler en dés.
  • Épépiner la grenade de la même façon, puis couper la feta.
  • Effeuiller la menthe et arroser de citron.
  • Servir de suite, ou la sortir du frigo 30 minutes avant de servir pour que le goût du melon ne soit pas annihilé par le froid !
Renard argenté

Biscuits citron-amandes – version Saint Valentin

La Saint Valentin n’était qu’une excuse pour faire du bricolage et des biscuits avec un air italien – parfumé au citron et aux amandes 🙂 Et il est encore temps de s’y mettre avant ce soir !

La recette est assez simple et peu importe quelle forme vous donnerez à vos biscuits. En l’occurence, j’ai choisi le très original coeur, et bricolé de petites étiquettes pour accrocher aux biscuits.  Le concept est réutilisable pour des anniversaires, des fêtes des mères ou des fêtes des pères, bien entendu, ou simplement en cadeau gourmand parce qu’on a envie 🙂

Ingrédients (pour une quarantaine de biscuits) :

  • 120g de beurre mou
  • 120g de sucre de canne
  • 1 oeuf
  • 10cl d’huile d’olive au citron (que je fais moi-même, il suffit de laisser macérer des écorces sèches de citron dans de l’huile d’olive).
    A défaut, 10cl d’huile d’olive et 3 gouttes d’huile essentielle de citron font aussi l’affaire, ou encore un zeste de citron bio.
  • 50g de poudre d’amandes
  • 350g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique

Préparation :

  • Travailler le beurre avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange mousseux.
  • Battre l’oeuf avec l’huile et ajouter petit à petit au beurre, en incorporant bien.
  • Verser ensuite la poudre d’amande, puis la farine mélangée à la levure, jusqu’à obtenir une pâte épaisse et légèrement friable.
  • Etaler la pâte sur 1 bon centimètre d’épaisseur et découper vos biscuits à l’emporte pièce. Percer un petit trou avec un cure dent pour passer plus tard le fil.
  • Enfourner 10 minutes à 180°C.

Pendant ce temps, vous pouvez imprimer les étiquettes en téléchargeant le fichier ici : Croque moi. Découpez les, et percer un petit trou à l’aide d’une aiguille pour faire passer le fil.

Une fois les biscuits refroidis, il ne vous reste plus qu’à accrocher les étiquettes aux petits coeurs, et à mettre le tout dans une jolie boîte à offrir !

Renard argenté

Marmelade d’oranges amères

Comme promis, après la confiture de citron et la marmelade de trois agrumes, voici la recette de la marmelade d’oranges amères. C’est la saison actuellement, et la saveur de cette marmelade est incomparable avec celle d’orange douce (très bonne au demeurant mais sans ce côté corsé qui accompagne à merveille les scones et les pancakes ^.^).

Ici la préparation se fait en trois jours (voire 4), afin de bien confire les écorces. J’insiste mais il faut bien entendu des oranges bio si on ne veut pas déguster un concentré de pesticides. J’ai suivi les proportions données par la recette originale, ce qui donne beaucoup de pots de confitures – une bonne douzaine ! Vous pouvez allègrement diviser les proportions par deux et avoir quand même un stock pour l’année 🙂

Ingrédients :

  • 1.5kg d’oranges amères (soit une douzaine de fruits)
  • 2 citrons
  • 25dl d’eau (2dl par fruit), soit 2.5L 😉
  • 3kg de sucre (et ce n’est pas trop, sinon la marmelade serait vraiment très très amère).

Préparation :

Jour 1 : 

  • Presser les oranges et les citrons au presse agrumes. Garder les pépins et les mettre dans un nouet qui servira à faire prendre la confiture.
  • Couper les pelures, grossièrement ou finement selon votre goût. Si l’écorce semble épaisse, avec beaucoup de peau blanche, enlever grossièrement cette épaisseur au petit couteau.
  • Verser les morceaux d’écorce dans le jus et laisser macérer une nuit (avec le nouet).

Jour 2 :

  • Porter à ébullition pendant 1 heure à découvert, puis laisser de nouveau macérer une nuit.

Jour 3 :

  • Verser les 3kg de sucre, laisser se dissoudre pendant 3 heures.
  • Puis porter de nouveau à ébullition pendant 1 heure en remuant de temps en temps. La confiture prend une couleur ambrée. Quand elle est assez cuite, mettre en pots stérilisés.

Cette dernière étape peut aussi être réalisée le 4e jour, si on rentre trop tard du travail pour tout faire dans la soirée 😉

 

Renard argenté

Marmelade de trois agrumes

Janvier est la période idéale pour trouver des agrumes « originaux », que ce soit les oranges amères ou les citrons bergamote – que j’ai découvert d’an dernier à l’étal bio de mon petit marché. Comme c’est un peu le seul endroit où je peux trouver des oranges amères et des citrons bergamote bio, je fais le plein pour faire des marmelades. Celle d’oranges amères est encore en préparation (elle se fait sur trois jours) mais la marmelade de trois agrumes est déjà en pots, avec ses parfums d’orange douce, pamplemousse et bergamote !

Comme toujours pour les confitures d’agrumes, je ne jure que par le bio, puisque les zestes voire les peaux entières rentrent dans la confection. Ici, je n’ai utilisé que les zestes, ce pourquoi la préparation est plus rapide (les zestes confisent plus vite et sont moins amers). Mes pamplemousses et citrons avaient une peau trop épaisse pour qu’elle soit ajoutée à la confiture – cela donne de l’amertume.

Ingrédients (pour 1kg de confiture environ) :

  • 8 oranges douces
  • 2 pamplemousses
  • 2 gros citrons bergamote
  • 1kg de sucre
  • 15dl d’eau

Préparation :

  • Zester finement les agrumes. Peler à vif les oranges et les pamplemousses (veiller à recueillir le jus), et presser le jus des citrons.
  • Garder les pépins pour les mettre dans un nouet et faciliter la prise de la marmelade.
  • Détailler les oranges en quartier, et détailler les pamplemousses en suprêmes pour enlever leur membrane, trop épaisse.
  • Mettre le tout dans un saladier, verser le jus de citron par dessus, et ajouter 300g de sucre.
  • Laisser reposer une douzaine d’heure.
  • Une fois le temps passé, verser le tout dans une marmite, ajouter encore 300g de sucre et 15 dl d’eau et laisser frémir pendant une bonne heure (ne pas oublier de mettre le nouet avec les pépins au milieu).
  • Au bout d’une heure, ajouter le reste de sucre et laisser encore cuire 40 minutes. Le volume doit avoir diminué d’un tiers environs.
  • Vérifier la prise de la marmelade avant de mettre en pots stérilisés, les retourner pour faire le vide.

Je suis un peu monomaniaque en hiver pour les confitures, après celle de pamplemousse à la rose et de citron, la prochaine qui viendra sera la marmelade d’orange amère !

Renard argenté

Soupe ramen (rapide !) de poulet au bouillon miso

Soupe ramen

J’ai découvert les soupes ramen il y a des années de cela, dans un restaurant à Paris, grâce à un ami passionné de culture japonaise… et j’ai eu la chance de pouvoir les goûter à Tokyo même, il y a trois ans, lors d’un superbe voyage avec mon beau-père (je mettrai probablement une rétrospective photo de ces vacances pour réchauffer un peu l’hiver gris d’ici). Depuis, à la mi-janvier, j’ai toujours des envies d’edamame et de soupes ramen.

Ces soupes sont des plats complets dont la base est toujours un bouillon, des pâtes (les ramen, ou les soba à la farine de sarrasin), puis un assortiment de légumes / protéines, que ce soit porc, poulet, boeuf, ou oeufs. Normalement, on n’est pas sensé boire le bouillon mais moi je mange tout, parce que tout est bon 😀

Je n’ai jamais tenté de faire une soupe dans les règles de l’art, en préparant moi-même le bouillon et les pâtes. J’avoue que pour en déguster une « vraie de vraie », je préfère aller dans un très bon japonais à Strasbourg 🙂 Mais pour les soirs de flemme où j’ai besoin de boire quelque chose de réconfortant, sans pour autant opter pour le bouillon de poule avec les pâtes alphabet, j’ai toujours des cubes de bouillon miso et des ramen sèches, qui me servent de base. Ensuite, il suffit d’éplucher le contenu du frigo pour compléter !

Cette « recette » là est celle que je fais le plus souvent (je ne sais si on peut vraiment parler de recette tellement c’est simple !).

Ingrédients (pour deux gros bols) :

  • 1 poireau (ou deux verts de poireau)
  • 1 poignée de bonites (les shitake) ou à défaut, de champignons type « de Paris » frais.
  • 1 filet de poulet
  • 2 cubes de bouillon miso
  • 2 portions de ramen (ou soba si vous préférez les nouilles au sarrasin).

Préparation :

  • Couper le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans la casserole – dans un peu d’huile de sésame si vous avez, ou de beurre sinon.
  • Ciseler les champignons et les poireaux. Les ajouter au poulet, que l’on sortira quand il sera cuit (le réserver au chaud). A ce moment, verser de l’eau chaude par dessus les légumes (1L environ). Cela donnera du goût au bouillon en plus du miso.
  • Quand le poireau est cuit, ajouter les cubes de bouillon miso, puis les ramen. Laisser cuire 10 minutes, et servir ensuite le bouillon avec les pâtes dans des bols, en ajoutant le poulet par dessus.

Et puis déguster ! C’est un plat prêt en 30 minutes à peine, et qui apporte aisément sa touche d’exotisme 🙂