Renard argenté

Couverture de naissance

Je reprend les publications après une très longue pause… la maternité est un métier très prenant 🙂 Et justement pour cette reprise, quoi de plus adéquat qu’un tuto pour faire soi-même une jolie couverture douillette pour accueillir un petit d’homme ?

Car s’il y a UN tricot qui est utile pour un nouveau-né (hors période caniculaire), c’est la couverture de naissance. J’avais tricoté celle de notre petite étoile durant l’hiver.  Après plusieurs essais d’un modèle très joli mais où il fallait compter les mailles en permanence (donc chaque rang était défait 3 fois avant d’être juste, ce qui m’a vite agacée), j’ai finalement choisi de n’en faire qu’à ma tête, mais simple, histoire de pouvoir regarder des épisodes de Stargate SG1 en même temps.

Le choix de la laine s’est portée sur la Super Baby de chez Phildar, en coloris oeillet. Je voulais une couleur douce et chaleureuse (mais qui ne fasse ni « rose pour une fille » ni « bleu pour un garçon » parce que ça m’horripile), et une laine idoine. Ce mélange de laine d’agneau et acrylique est parfait : tout doux, moelleux, chaud, et facilement lavable !

Matériel nécessaire pour une couverture de 85x85cm :

  • 10 pelotes de laine Super Baby
  • Aiguilles n°6

Instructions :

  • Ce modèle se tricote en double (on tricote deux fils en même temps).
  • Monter 122 mailles.
  • Tricoter 8 rangs en point de riz.
  • Sur les rangs suivant, tricoter 8 mailles en point de riz, puis jersey endroit jusqu’aux 8 dernières mailles en point de riz.
  • A 81cm de hauteur totale, tricoter de nouveau 8 rangs en point de riz avant de rabattre.

Je n’ai vraiment pas regretté les heures passées sur ce tricot, car elle lui a servi énormément ces premiers mois, jusqu’à ce que la canicule rende tout vêtement superflu. Mais pour emmitoufler, pour poser sur l’herbe ou pour faire un joli fond pour les photos de la maternité, c’est LE tricot qu’il faut faire !

Renard argenté

Biscuits citron-amandes – version Saint Valentin

La Saint Valentin n’était qu’une excuse pour faire du bricolage et des biscuits avec un air italien – parfumé au citron et aux amandes 🙂 Et il est encore temps de s’y mettre avant ce soir !

La recette est assez simple et peu importe quelle forme vous donnerez à vos biscuits. En l’occurence, j’ai choisi le très original coeur, et bricolé de petites étiquettes pour accrocher aux biscuits.  Le concept est réutilisable pour des anniversaires, des fêtes des mères ou des fêtes des pères, bien entendu, ou simplement en cadeau gourmand parce qu’on a envie 🙂

Ingrédients (pour une quarantaine de biscuits) :

  • 120g de beurre mou
  • 120g de sucre de canne
  • 1 oeuf
  • 10cl d’huile d’olive au citron (que je fais moi-même, il suffit de laisser macérer des écorces sèches de citron dans de l’huile d’olive).
    A défaut, 10cl d’huile d’olive et 3 gouttes d’huile essentielle de citron font aussi l’affaire, ou encore un zeste de citron bio.
  • 50g de poudre d’amandes
  • 350g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique

Préparation :

  • Travailler le beurre avec le sucre jusqu’à obtenir un mélange mousseux.
  • Battre l’oeuf avec l’huile et ajouter petit à petit au beurre, en incorporant bien.
  • Verser ensuite la poudre d’amande, puis la farine mélangée à la levure, jusqu’à obtenir une pâte épaisse et légèrement friable.
  • Etaler la pâte sur 1 bon centimètre d’épaisseur et découper vos biscuits à l’emporte pièce. Percer un petit trou avec un cure dent pour passer plus tard le fil.
  • Enfourner 10 minutes à 180°C.

Pendant ce temps, vous pouvez imprimer les étiquettes en téléchargeant le fichier ici : Croque moi. Découpez les, et percer un petit trou à l’aide d’une aiguille pour faire passer le fil.

Une fois les biscuits refroidis, il ne vous reste plus qu’à accrocher les étiquettes aux petits coeurs, et à mettre le tout dans une jolie boîte à offrir !

Renard argenté

Baume ultra nourrissant au karité

Ayant épuisé toutes les crèmes corporelles que j’avais en stock, je suis repassée à la confection de cosmétique maison pour nourrir et hydrater ma peau ultra sèche. J’ai choisi un mélange de beurre de karité et de monoï avec de l’huile d’amande douce et de rose musquée. Le karité est bien connu pour son aspect nourrissant, le monoï est un macérat sur une base d’huile de coco, que j’utilise aussi beaucoup pour ses propriétés hydratantes et lissantes (et qui là en plus sent l’été ^^). L’huile d’amande douce quant à elle est émolliente et assouplissante (et évite donc que la peau ne « croute » sous l’effet du froid), et l’huile de rose musquée quant à elle va lutter contre les irritations (eczéma, couperose et autres effets glamour des températures polaires). Le karité, la rose et l’amande sont aussi connues pour lutter contre les vergetures, ce qui n’est pas inutile quand on a une circulation sanguine pourrie et une peau bien sèche ^.^

Enfin, le beurre de cacao est là surtout pour solidifier l’ensemble et en faire un vrai « beurre », même si ses atouts en terme de protection de la peau ne sont pas négligeables. J’ai utilisé ici la version filtrée (blanche) du cacao, pour rester sur un baume blanc et ne pas casser l’odeur du monoï, mais du beurre de cacao non filtré est tout à fait utilisable aussi.

Ingrédients :

  • 30g de beurre de karité
  • 30g de macérât de monoï
  • 15g d’huile de rose musquée
  • 15g d’huile d’amande douce
  • 5g de beurre de cacao

Préparation :

  • Faire fondre le beurre de karité, de cacao et de monoï au bain marie.
  • Verser dans un contenant et ajouter les huiles, bien mélanger avant de mettre au frigo quelques heures pour laisser figer le baume.

Le baume reste crémeux mais ne fond pas immédiatement dans les mains, ce qui laisse le temps de s’en tartiner allègrement.

Il peut aussi être utilisé en couche épaisse pour un masque en cas d’urgence grand froid – en ce cas laisser poser 15 ou 20 minutes sur une peau propre et humidifiée (avec de l’eau de rose par exemple), avant d’enlever l’excédent.

 

Renard argenté

Huile de douche hydratante

L’hiver n’est jamais très sympa avec les peaux sèches, et cette année, j’ai épuisé mon stock de crèmes corporelles sans succès majeure anti-gratouilles. Du coup, aux grands maux les grands remèdes, en plus des huiles à tartiner matin et soir, j’ai aussi fait une huile de douche hydratante pour contrer les effets de l’eau hyper calcaire de chez nous. Elle est simplissime, mais efficace !

Ingrédient :

  • 40% de savon noir liquide (ou un gel douche doux si vous n’avez que ça sous la main)
  • 40% de macérât de calendula (adoucissant, assouplissant)
  • 20% de gel d’aloe verra (hydratant, apaisant)
  • 10  gtt d’huile essentielle de camomille romaine (facultatif)

Préparation :

  • Mélanger les ingrédients dans un flacon pompe propre et sec.

Et c’est tout. Le mélange est liquide, et il faudra secouer le flacon avant chaque usage, mais vous pouvez l’utiliser comme un gel douche classique, sauf qu’il hydrate et nourri la peau mieux que ça 🙂

Renard argenté

D.I.Y. * Suspensions étoiles et cœurs en tissu pour le sapin

Suspension étoile et coeur sapin

Bientôt l’Avent et le moment de décorer le sapin de Noël ! Je sais qu’il est très facile de trouver des décorations en magasins, mais j’avais envie de bricoler moi-même quelques suspensions dans des chutes de tissus (j’en ai un stock incommensurable à la maison), en formes de cœurs et d’étoiles.

Pour le patron, il est tout bête : merci Powerpoint ^.^ Vous pouvez néanmoins imprimer celles-ci :

Etoiles et cœurs pour sapin

Matériel :

  • Des chutes de tissus. D’expérience, mieux vaut un tissu un peu raide, j’ai testé avec un satin de soie, c’est plus compliqué pour les formes d’étoiles car le tissu glisse.
  • Du ruban (je récupère toujours ceux des vêtements, pulls ou t-shirt ^^)
  • De la ouate pour rembourrer les formes

Réalisation :

  • La réalisation, quoi qu’un peu longue dans sa préparation, est extrêmement simple encore ! J’ai découpé mes formes d’étoiles et de cœurs sur un patron, reporté le tout sur mon tissu en double à chaque fois (un devant, un derrière), et découpé le tout au ciseau cranteur.
  • Il suffit ensuite de couper le ruban à la taille voulue. Puis de superposer une face en tissu (l’endroit doit être à l’intérieur du « sandwich » ^^), le ruban replié (il doit rester dans l’intérieur du sandwich aussi, ne laisser ressortir que 5mm), puis la seconde face du tissu (attention encore, l’endroit reste à l’intérieur). On épingle le tout.
  • C’était la partie la plus longue. Ensuite, on coud bord à bord à la machine en laissant quelques cm ouverts, pour pouvoir retourner les formes sur l’endroit et les rembourrer.
  • Attention à bien repousser les bouts des branches des étoiles, rembourrer de ouate, et fermer ensuite au point invisible l’ouverture restante.

En plus du plaisir de les faire soi-même, on recycle du tissu, du ruban, et au moins on a les couleurs qu’on veut ! 🙂

Il va de soit que ces jolies formes peuvent être déclinées en guirlandes et mobiles, il suffit de varier les accroches !

Renard argenté

D.I.Y. * Housses de coussins

Housse de coussin

Après les chemins de table écossais, on complexifie légèrement la donne avec les housses de coussins assorties. Légèrement car au final le patron reste vraiment très simple, il suffit juste de réfléchir 30 secondes au moment du pliage 🙂

Préparation :

  • Mesurer les coussins. Les miens sont en 60×60, j’ai donc coupé de longs rectangles de 66cm de large (ajout de 2cm de chaque côté pour la couture, plus une petite marge d’aisance) par 160 de long (le lé de tissu).
  • Comme pour les chemins de tables, prenez garde aux motifs si vous en avez, qu’ils soient bien répartis de façon identiques sur les coussins.
  • Ourler les deux lisières, hautes et basses, du tissu.
  • Plier ensuite le tissu en trois, endroit contre endroit : faire d’abord le rabat du bas, le plus long (50cm environ), puis celui du haut de façon à avoir, une fois le tissu replié, un carré de 62cm de hauteur. Epingler bord à bord (et plier de façon identique les autres housses de coussins que vous voudrez faire).
  • Coudre ensuite au point droit à deux cm des bords, et si le tissu s’effiloche, faire un point zig-zag sur la bordure.
  • Retourner ensuite les housses : le petit rabat doit se trouver à l’intérieur de la housse.

Et voilà !

Renard argenté

D.I.Y. * Des chemins de table écossais

Chemin de table

Depuis notre retour d’Ecosse, j’ai envie de mettre plaids et carreaux de partout. Et j’ai eu la chance de tomber sur un superbe tartan écossais aux couleurs du Blackwatch (le régiment de la Reine) sur ebay il y a quelques temps. J’en ai pris une bonne dizaine de mètres, avec l’idée d’une part d’en faire des chemins de table et des housses de coussin pour le salon, et d’autre part, de me faire une robe type années 50 / une chemise / une jupe / autre…

Bon, j’ai commencé par les chemins de table. C’est rapide, facile et c’était aussi un bon moyen d’étrenner ma nouvelle machine à coudre de compétition, qui a complètement détrôné ma vieille bécane à trois francs six sous que je traînais depuis presque 10 ans.

Préparation :

  • Mesurer les longueur et largeur nécessaires à votre chemin de table, Pour ma part, ce sont de longs rectangles de 50 cm de large, sur la largeur du lé de tissu (160cm en l’occurrence). Effectivement, je les dispose toujours dans la largeur de la table, et non dans la longueur, je trouve cela plus joli (et je ne met pas de nappe non plus ^.^).
  • Ajoutez 4 cm de chaque côté pour les ourlets, et si votre tissu comporte des motifs, prenez garde à découper les chemins de table de façon à ce que les motifs se répètent à l’identique.
  • Si vous n’êtes pas à l’aise pour le faire à l’œil nu, tracez à la craie, sur l’envers du tissu, les lignes pour rabattre les ourlets. Rabattre les ourlets et les épingler au fur et à mesure. Les marquer au fer à repasser (pensez à découper les coins pour avoir quelque chose de propre aux encoignures, surtout si votre tissu est épais).
  • Il vous suffit ensuite de coudre les ourlets au point droit à la machine. Tout simplement !

C’est vraiment très simple à réaliser et cela permet de changer l’esprit du salon en deux temps trois mouvements ! J’en avais déjà fait des rouges dans une futaine de lin et coton, des beige et blanc dans un tissu à motifs de vague japonais, c’est ici mon 3e jeu de chemins de table.

J’en ai réalisé deux pour la table à manger, et un pour la table basse. J’ai trouvé de jolis chardons artificiels (mais faisant tout à fait illusion, tout le monde à cru que j’avais de vraies fleurs en revenant avec !) chez Sostrene Grene (ma boutique coup de cœur du moment pour tout ce qui est déco et vaisselle !), j’y ai pris aussi ces jolis sapins en céramique, et même les guirlandes lumineuses ! (Ce magasin sera vraiment ma ruine. Mais ils sont malins, les prix sont attractifs et il y a des nouveautés toutes les semaines !).

Prochain DIY, les housses de coussin, à peine plus compliquées à réaliser !

Renard argenté

D.I.Y. * des sachets de graines pour le jardin

Sachet de graines de jardin

Le froid s’installe à présent et il va être temps de préparer le jardin pour l’hiver dans ces froides contrées nordiques… Il est temps de ramasser les derniers fruits et légumes survivant sur la terrasse, et de conserver les dernières graines pour replanter l’année prochaine !

J’avais découvert cette année les tomates Black Cherry, de grosses tomates cerises de couleur presque noire, grâce à La Box à Planter. C’est un super concept pour ceux qui vivent en ville, n’ont pas trop de place ni trop d’idée de trucs faciles à faire pousser. On n’en fera pas une ratatouille mais rien que pour le plaisir de faire pousser ses propres plantes à partir de graines bio, c’est une expérience que j’ai renouvelé ! Et en plus d’une pousse réussi (c’est la première année où j’arrive à faire pousser des tomates jusqu’au bout ici,  et même à en manger !), leur goût m’a conquise 🙂 Même si en balcon elles sont loin d’être très productives, les plans que j’ai exporté chez mes parents ont bien donné, en pleine terre et avec de meilleures conditions climatiques.

Du coup, j’ai conservé des graines à semer l’an prochain, idem des graines de souci et de cerfeuil (toujours de chez la Box à Planter).

Et pour ne pas avoir à ranger les graines dans des grandes enveloppes ou une multitude de mini-pots, j’ai créé mes propres petites enveloppes à moi : Sachets de graines de mon jardin

Vous n’avez plus qu’à imprimer, découper, plier et coller les rabats pour ranger vos graines à vous 🙂

 

P.S. : les connaisseuses reconnaîtront la boîte de rangement à graines, recyclage d’une édition printanière de la box beauté Birchbox 🙂 Entre celles qui me servent à ranger la couture, celles pour les graines et celles pour le matériel à broder, rien n’est inutile 🙂

Renard argenté

Macérât de calendula (souci)

Macérât de calendula

J’avais semé cette année des graines de souci des jardins, dans l’idée de cueillir les fleurs pour en faire un macérât. J’avais oublié un détail : ça attire tous les pucerons (qui au moins pendant ce temps ne se baladent pas sur mes autres plantes). ça et un coup de chaud pendant nos vacances et je n’avais guère que quelques fleurs utilisables…

Du coup, tant pis, ce sont des fleurs de calendula séchées (bio et prises dans une herboristerie) que j’utilise pour faire ce macérât (aparté : j’utilise indifféremment les mots calendula ou souci, c’est la même plante, mais j’aime bien le mot calendula ^.^)

Ses propriétés sont apaisantes et très utiles en hiver : cicatrisant, anti-inflammatoire, idéal pour les peaux sèches et rugueuses (comme les mains, pommettes et arrête du nez en hiver), j’ai renforcé ses propriétés avec une huile d’abricot (assouplissante, tonifiante, émolliente, en plus d’un effet bonne mine), avec aussi l’espoir que l’odeur d’abricot l’emporte sur celle du souci (j’ai déjà essayé avec de l’huile d’amande douce mais l’odeur est moins agréable).

Ingrédient :

  • Fleurs de calendula séché
  • Huile de noyau d’abricot (ou amande douce, ou olive, ou un mélange)

Préparation :

Le mode de préparation est très simple :

  • Dans un bocal en verre stérilisé et bien sec, mettre autant de fleurs de souci séchées que voulu, et recouvrir d’huile d’abricot et fermer le bocal.
  • Laisser macérer 1 mois (pas nécessairement au soleil, je préfère laisser macérer plus longtemps à l’ombre pour ne pas faire vieillir trop vite l’huile de base).
  • Filtrer et mettre dans un autre bocal tout aussi stérilisé et sec que le premier.

A utiliser pur ou en mélange par la suite, l’huile se conserve bien (même DLC que sur le flacon d’huile que vous avez utilisé à la base) sans ajout de conservateur.

 

 

Renard argenté

Sérum aux dix plantes

 

Sérum aux dix plantes

Cela faisait un moment que je guettais les produits de Make It Beauty : des huiles rares, des matières premières nobles, un packaging très sympa… l’excuse de la fête des mères a fait le reste puisque j’ai concocté pour ma mère un sérum « aux dix plantes » bourré d’actifs pour prendre soin des peaux matures et / ou sensibles (c’est à dire que je m’en suis fait un pour moi aussi ^.^). Tous mes produits ne viennent pas de cette jolie boutique (dont le catalogue s’étoffe peu à peu, j’ai hâte de voir arriver les hydrolats !), mais en ce qui concerne l’huile de pomme vierge et d’hibiscus, je n’en ai trouvé qu’ici. Elles sont un peu « chères », dans l’absolu (pour la qualité et de la matière, et du packaging, c’est justifié), mais vu tout ce que j’ai mis comme huiles précieuses et rares (et bio !) dans ce sérum, on arriverait sur le marché à un flacon de 30ml coûtant 98€ au moins… ça vaut la peine d’investir un peu dans de belles matières premières et de réaliser les soins soi-même 🙂

Ingrédients :

  • 20ml d’huile de rose musquée (régénérant cutané et anti-âge)
  • 20ml d’huile d’argan (nourrissant, régénérant, restructurant)
  • 20ml d’huile de pomme vierge (revitalisante et protectrice)
  • 20ml d’huile d’hibiscus (adoucissante , sébo-régulatrice et anti-âge)
  • 20ml d’huile d’amande douce (émolliente, adoucissante, nourrissante)
  • 30 gouttes d’extrait CO2 de grenade (antioxydant)
  • 5 gouttes d’huile essentielles de camomille romaine (adoucissante)
  • 5 gouttes d’huile essentielle  de bois de rose (régénérant, cicatrisant, anti-âge)
  • 5 gouttes d’huile essentielle de géranium d’Egypte (anti-septique et tonique cutané)
  • 5 gouttes d’huile essentielle de rose de Damas (astringeante, anti-âge et cicatrisante)

 

Préparation :

Mélanger tous les ingrédients dans un récipient stérilisé, puis verser en pot.

 

Ce sérum est à réserver aux peaux les plus déshydratées, ou comme soin de nuit en usage pur. J’en ajoute aussi une goutte à mon soin de jour.