Renard argenté

Marmelade de trois agrumes

Janvier est la période idéale pour trouver des agrumes « originaux », que ce soit les oranges amères ou les citrons bergamote – que j’ai découvert d’an dernier à l’étal bio de mon petit marché. Comme c’est un peu le seul endroit où je peux trouver des oranges amères et des citrons bergamote bio, je fais le plein pour faire des marmelades. Celle d’oranges amères est encore en préparation (elle se fait sur trois jours) mais la marmelade de trois agrumes est déjà en pots, avec ses parfums d’orange douce, pamplemousse et bergamote !

Comme toujours pour les confitures d’agrumes, je ne jure que par le bio, puisque les zestes voire les peaux entières rentrent dans la confection. Ici, je n’ai utilisé que les zestes, ce pourquoi la préparation est plus rapide (les zestes confisent plus vite et sont moins amers). Mes pamplemousses et citrons avaient une peau trop épaisse pour qu’elle soit ajoutée à la confiture – cela donne de l’amertume.

Ingrédients (pour 1kg de confiture environ) :

  • 8 oranges douces
  • 2 pamplemousses
  • 2 gros citrons bergamote
  • 1kg de sucre
  • 15dl d’eau

Préparation :

  • Zester finement les agrumes. Peler à vif les oranges et les pamplemousses (veiller à recueillir le jus), et presser le jus des citrons.
  • Garder les pépins pour les mettre dans un nouet et faciliter la prise de la marmelade.
  • Détailler les oranges en quartier, et détailler les pamplemousses en suprêmes pour enlever leur membrane, trop épaisse.
  • Mettre le tout dans un saladier, verser le jus de citron par dessus, et ajouter 300g de sucre.
  • Laisser reposer une douzaine d’heure.
  • Une fois le temps passé, verser le tout dans une marmite, ajouter encore 300g de sucre et 15 dl d’eau et laisser frémir pendant une bonne heure (ne pas oublier de mettre le nouet avec les pépins au milieu).
  • Au bout d’une heure, ajouter le reste de sucre et laisser encore cuire 40 minutes. Le volume doit avoir diminué d’un tiers environs.
  • Vérifier la prise de la marmelade avant de mettre en pots stérilisés, les retourner pour faire le vide.

Je suis un peu monomaniaque en hiver pour les confitures, après celle de pamplemousse à la rose et de citron, la prochaine qui viendra sera la marmelade d’orange amère !

Renard argenté

Soupe ramen (rapide !) de poulet au bouillon miso

Soupe ramen

J’ai découvert les soupes ramen il y a des années de cela, dans un restaurant à Paris, grâce à un ami passionné de culture japonaise… et j’ai eu la chance de pouvoir les goûter à Tokyo même, il y a trois ans, lors d’un superbe voyage avec mon beau-père (je mettrai probablement une rétrospective photo de ces vacances pour réchauffer un peu l’hiver gris d’ici). Depuis, à la mi-janvier, j’ai toujours des envies d’edamame et de soupes ramen.

Ces soupes sont des plats complets dont la base est toujours un bouillon, des pâtes (les ramen, ou les soba à la farine de sarrasin), puis un assortiment de légumes / protéines, que ce soit porc, poulet, boeuf, ou oeufs. Normalement, on n’est pas sensé boire le bouillon mais moi je mange tout, parce que tout est bon 😀

Je n’ai jamais tenté de faire une soupe dans les règles de l’art, en préparant moi-même le bouillon et les pâtes. J’avoue que pour en déguster une « vraie de vraie », je préfère aller dans un très bon japonais à Strasbourg 🙂 Mais pour les soirs de flemme où j’ai besoin de boire quelque chose de réconfortant, sans pour autant opter pour le bouillon de poule avec les pâtes alphabet, j’ai toujours des cubes de bouillon miso et des ramen sèches, qui me servent de base. Ensuite, il suffit d’éplucher le contenu du frigo pour compléter !

Cette « recette » là est celle que je fais le plus souvent (je ne sais si on peut vraiment parler de recette tellement c’est simple !).

Ingrédients (pour deux gros bols) :

  • 1 poireau (ou deux verts de poireau)
  • 1 poignée de bonites (les shitake) ou à défaut, de champignons type « de Paris » frais.
  • 1 filet de poulet
  • 2 cubes de bouillon miso
  • 2 portions de ramen (ou soba si vous préférez les nouilles au sarrasin).

Préparation :

  • Couper le poulet en fines lamelles et le faire revenir dans la casserole – dans un peu d’huile de sésame si vous avez, ou de beurre sinon.
  • Ciseler les champignons et les poireaux. Les ajouter au poulet, que l’on sortira quand il sera cuit (le réserver au chaud). A ce moment, verser de l’eau chaude par dessus les légumes (1L environ). Cela donnera du goût au bouillon en plus du miso.
  • Quand le poireau est cuit, ajouter les cubes de bouillon miso, puis les ramen. Laisser cuire 10 minutes, et servir ensuite le bouillon avec les pâtes dans des bols, en ajoutant le poulet par dessus.

Et puis déguster ! C’est un plat prêt en 30 minutes à peine, et qui apporte aisément sa touche d’exotisme 🙂

Renard argenté

Confiture de citron

A Noël, je suis repartie de chez mes parents avec plein de cadeaux et plein de citrons ! Pour changer un peu de la lemon curd, j’ai fais de la confiture de citron, un délice acidulé avec des tranches fines de citron presque confits, un régal sur les brioches ou les tartines ! C’est une confiture très esthétique aussi, et dont la confection s’étale sur trois jours (peu de travail à chaque fois, mais il faut le prévoir si on en veut pour le goûter du dimanche 🙂 ).

Ingrédients :

  • 800g à 1kg de citrons bio (on garde les écorces, donc du bio est indispensable)
  • Le même poids en sucre qu’en fruit au bout du troisième jour
  • 1 verre d’eau par 500g de sucre.

Préparation :

  • Le premier jour : laver et brosser les citrons. Les couper en tranches très fines (au couteau ou à la mandoline), les épépiner (réserver les pépins dans un nouet) et les mettre dans une casserole. Recouvrir d’eau froide et laisser macérer 24 heures.
  • Le second jour : changer l’eau (je l’ai récupérée pour la boire, de l’eau citronnée après les fêtes n’est jamais superflu ^.^) et faire bouillir une dizaine de minutes avant de couper le feu et laisser macérer de nouveau 24 heures.
  • Le troisième jour : égoutter les citrons, les peser (j’ai récupéré 650g de citron). Dans la casserole à confiture, mettre le même poids en sucre qu’il y a de fruit et ajouter 1 verre d’eau. Porter à ébullition une dizaine de minutes avant de mettre les fruits, puis laisser prendre à feu moyen. Eviter de remuer pour ne pas casser les tranches de citron.
  • Quand la confiture est prête, la verser dans des pots stérilisés.

Si le fait d’avoir des tranches de fruits vous dérange, il est tout à fait possible de les couper en plus petits morceaux, à la façon d’une marmelade d’oranges amères.

 

Renard argenté

Huile de douche hydratante

L’hiver n’est jamais très sympa avec les peaux sèches, et cette année, j’ai épuisé mon stock de crèmes corporelles sans succès majeure anti-gratouilles. Du coup, aux grands maux les grands remèdes, en plus des huiles à tartiner matin et soir, j’ai aussi fait une huile de douche hydratante pour contrer les effets de l’eau hyper calcaire de chez nous. Elle est simplissime, mais efficace !

Ingrédient :

  • 40% de savon noir liquide (ou un gel douche doux si vous n’avez que ça sous la main)
  • 40% de macérât de calendula (adoucissant, assouplissant)
  • 20% de gel d’aloe verra (hydratant, apaisant)
  • 10  gtt d’huile essentielle de camomille romaine (facultatif)

Préparation :

  • Mélanger les ingrédients dans un flacon pompe propre et sec.

Et c’est tout. Le mélange est liquide, et il faudra secouer le flacon avant chaque usage, mais vous pouvez l’utiliser comme un gel douche classique, sauf qu’il hydrate et nourri la peau mieux que ça 🙂