Sorbet au fromage de chèvre

Tour de marché avec ma maman dimanche – officiellement en quête de tissu. Mais si on n’en a pas trouvé, on est revenu avec plein d’autres trucs quand même –, nous sommes passées devant des marchands de fromages de chèvre, et j’avais envie de faire mon fameux sorbet au fromage de chèvre (je dis « fameux », mais à chaque fois que j’en parle, les gens prennent un air complètement estomaqué. Si, ça se fait, on en a mangé une fois avec ma mère dans un restaurant, même. Et c’est très bon, pas fort du tout, très délicat au palais, et ça se mange sans fin ;)).

J’en avais fait l’an dernier, déjà, mais j’ai amélioré quelque peu la recette depuis…

A préparer la veille de la dégustation :

Ingrédients (pour 1L de glace)

  • 400g de fromage de chèvre frais égoutté (le plus frais possible, au stade de fromage blanc. Sinon, vous aurez du mal à le battre, et ce sera très fort au goût)
  • 400 g de sirop baumé (soit 200g de sucre pour le même poids en eau)
  • le jus de deux citrons
  • 1 blanc d’oeuf battu en neige.

Préparation :

Sirop baumé :

Dans une casserole, verser le même poids en eau qu’en sucre (le sirop baumé se garde au frais en bouteille, si l’on risque d’en avoir besoin plus tard pour un autre sorbet…). Mettre à feu doux jusqu’à ce que le sucre soit dissous, atteindre l’ébullition légère et bullotante (je veux dire, juste les première bulles qui remontent, l’eau ne doit pas frémir) et arrêter juste à cet instant (l’eau doit être redevenue claire).

Sorbet :

  • Verser le sirop chaud sur le fromage de chèvre, fouetter jusqu’à ce que le mélange soit lisse, ajouter le jus des citrons (et pourquoi pas les zestes).
  • Mettre au frais. Avant de passer le mélange dans la sorbetière, battre un blanc en neige bien ferme, que la machine incorporera toute seule. Le blanc en neige (outre le fait qu’il est elfique, diront certaines… :)) permet d’obtenir une consistance plus onctueuse, et plus légère (« normal, c’est elfique »).
  • Si l’on n’a pas de sorbetière, il suffit d’incorporer le blanc en neige à la cuillère, de mettre en bac et au congélateur… ça marche aussi 🙂

A servir seul ou accompagné – de coulis de framboises, de miel de thym, en trou normand ou pas, avec de la Chartreuse verte, ou du sirop de verveine.

Variantes :

Ce sorbet est tout à fait faisable sans sorbetière (ce qui m’arrange puisque je n’en ai pas à l’appart’) ; et comme il fait partie de mes préférés, j’improvise des variantes 😉

  • Avec du “P’tit Billy” et de la crème fraîche, la texture est plus épaisse.
  • Avec du zeste de citron bio.
  • Avec du thym.

Laisser un commentaire